SNCF au féminin est un site de SNCF

Vu d’ailleurs : Au Brésil, il n’y a pas d’âge pour changer les lois du marché !

« Je dis toujours: s’il vous plaît, laissez mes petites rides en place. Elles sont très importantes, elles montrent où je suis arrivée »,

Publié le 22/01/2020 à 9:00

« Mettre en lumière la beauté des femmes âgées » : voilà l’objectif que s’est donné Helena Schargel, Brésilienne de 80 ans ayant dessiné une collection de lingerie pour laquelle elle est également mannequin ! Et ce, dans un pays où une culture sexiste très axée sur le jeunisme veut surtout les ignorer et les laisser de côté. Selon l’entrepreneure, les marques ont tendance à vouloir oublier son public de plus de 60 ans – raison pour laquelle elle a décidé, il y a deux ans, de sortir de sa retraite et de passer à l’action.

Sur le site de Recco Lingerie, il y a des modèles pour toutes les générations, des plus jeunes aux plus âgées. La démarche d’Helena Schargel, qui a commencé son activité de créatrice dès l’adolescence dans le magasin de ses parents, vise à l’inclusion plus qu’à la sectorisation du marché. Elle déclare ne pas penser à son âge comme un élément de distinction : « Cela ne m’a jamais tourmentée ».

L’idée étant de changer les mentalités par rapport aux corps des femmes, Helena Schargel s’est mise devant la caméra pour s’afficher telle quelle. Ses photos où elle porte les lingeries qu’elle a conçues ont fait le tour du web. « Je dis toujours: s’il vous plaît, laissez mes petites rides en place. Elles sont très importantes, elles montrent où je suis arrivée », a-t-elle affirmé. Une véritable subversion dans un pays qui bat des records pour le nombre de chirurgies plastiques.

Il s’agit également de viser sur un marché qui promet donner des fruits à l’avenir. La société brésilienne compte de plus en plus de personnes arrivant au troisième âge, comme la créatrice le rappelle : « Dans 20 ou 30 ans, il y aura plus de mamies que de jeunettes et les entreprises doivent s’y préparer ».