SNCF au féminin est un site de SNCF

Un grand pas… Pour l’égalité !

La NASA se prépare pour envoyer la première femme sur la Lune

Publié le 16/10/2019 à 11:18

« This is one small step for woman, one giant leap for womankind », nous entendons cette phrase dans la chanson « NASA », d’Ariana Grande, l’un des tubes de son dernier album « thank u, next », sorti cette année. Les paroles de la star américaine mettent au féminin la célèbre citation de Neil Armstrong lors de son arrivée sur la Lune en 1969, que l’on pourrait essayer de traduire de cette manière : « Un petit pas pour une femme, un grand pas pour les femmes ».

Cette chanson ne pourrait pas être plus actuelle : l’agence spatiale américaine NASA a annoncé en 2019 son programme Artémis, censé envoyer la première femme sur la Lune d’ici 2024. Tout semble être fait sous le signe de l’égalité, à commencer par le titre – dans la mythologie grecque, la déesse Artémis est la sœur jumelle d’Apollo (en l’occurrence, ceci est le nom du programme ayant mis Armstrong sur le satellite naturel dans les années 1960).

Pour Artémis, la NASA est en train de choisir parmi 12 astronautes celle qui aura une place dans sa navette spatiale. Il était temps, nous pourrions dire, que l’agence américaine donne plus de visibilité et de reconnaissance aux femmes. En 2016, le film « Les Figures de L’ombre » a fait connaître l’histoire des trois scientifiques noire.

SA a l’intention d’y trouver de l’eau et d’autres ressources naturelles indispensables, de comprendre mieux la planète Terre en découvrant plus de choses sur la Lune et de prouver que nous avons les technologies nécessaires pour envoyer des astronautes sur Mars dans un proche avenir.s, Katherine Goble, Mary Jackson et Dorothy Vaughan, qui ont travaillé dans la mission Apollo tout en faisant face au sexisme, à la misogynie et au racisme.

Après des années restées dans l’oubli, il aurait fallu que Hollywood transforme leur histoire en blockbuster pour que beaucoup de personnes aient conscience de toute leur participation dans cet événement historique. Cette fois-ci, la NASA a l’air d’avoir appris : sur son site internet, l’agence a également choisi une femme pour préciser, dans une vidéo, les fondamentaux du projet Artémis.

L’astronaute Serena M. Auñón-Chancellor explique dans ce spot les raisons d’aller sur la Lune et en profite pour raconter un peu son histoire. « J’avais envie de faire ce métier depuis que je suis toute petite. Quand j’avais 8 ans, mon père m’a demandé : “Veux-tu être astronaute ?”. J’ai répondu : “Oui” ! ».

 

Ce « voyage vers l’égalité » devra renforcer aussi les changements au niveau des tenues de l’équipe de la NASA, qui a annulé cette année la première sortie spatiale entièrement féminine par manque d’une… combinaison en taille M ! L’astronaute Christina Koch, qui serait accompagnée d’Anne McClain, a dû faire la mission avec son collègue Nick Hague. Pour les collaboratrices de SNCF, ce problème a pu être résolu : grâce à l’impulsion de SNCF au Féminin, l’entreprise a été la première en France à produire des vêtements techniques spécialement conçus pour les femmes. Ces tenues sont plus adaptées à la morphologie des corps féminins et leur donnent plus de confort.

 

Pour la mission Artémis, la NASA a l’intention d’y trouver de l’eau et d’autres ressources naturelles indispensables, de comprendre mieux la planète Terre en découvrant plus de choses sur la Lune et de prouver que nous avons les technologies nécessaires pour envoyer des astronautes sur Mars dans un proche avenir.