SNCF au féminin est un site de SNCF

RBG, une femme d’exception

Championne des droits des femmes et des minorités, Ruth Bader Ginsburg, la doyenne de la Cour suprême des États-Unis, est décédée le 18 septembre dernier. Retour sur le parcours de cette icône du féminisme américain.

Publié le 06/10/2020 à 9:27

 Les femmes ont leur place partout où des décisions sont prises

Se plaisait à rappeler Ruth Bader Ginsburg, seconde femme à être entrée à la Cour suprême des États-Unis en 1993. En apprenant la disparation, à l’âge de 87 ans, de cette « Femme d’exception », pour reprendre le titre du biopic qui lui a été consacré en 2018, des milliers d’Américains sont venus se recueillir sur son cercueil avant qu’un hommage national ne lui soit rendu au Capitole, le 25 septembre.

Joan Ruth Bader naît le 15 mars 1933 à Brooklyn, au sein d’une famille juive de la classe moyenne qui lui inculque des valeurs d’indépendance. Élève brillante, elle intègre en 1954 l’université Cornell et sort major de sa promotion. Deux ans plus tard, elle entame des études de droit à Harvard. Elle est alors l’une des neuf femmes sélectionnées parmi les 500 étudiants retenus. Elle racontera souvent comment elle dut un jour se justifier devant le doyen de l’université qui lui demandait pourquoi elle « [prenait] la place d’un homme ». Elle n’oubliera jamais les discriminations sexistes dont elle fait alors l’objet et les obstacles qui se dressent sur sa route. Ils fonderont la motivation d’une carrière consacrée à lutter contre les discriminations sexuelles dans la société américaine.

Après un passage par l’école de droit de Columbia, pour suivre son époux, Ruth Bader Ginsburg se lance dans une carrière universitaire durant laquelle elle ne cesse de se heurter à un plafond de verre lié à son sexe. Un séjour en Suède, pays plus progressiste, lui permet de renforcer ses convictions féministes.

 

Les débuts d’une activité militante

En 1970, elle fonde la première revue juridique exclusivement consacrée aux droits des femmes (Women’s Rights Law Reporter). Puis, deux ans plus tard, participe à la création d’une section féminine au sein de la puissante association American Civil Liberties Union (Union américaine pour les libertés civiles). Elle y défend de nombreuses femmes victimes de discriminations et porte devant la Cour suprême plusieurs affaires restées célèbres pour avoir marqué de grands tournants vers plus d’égalité entre les hommes et les femmes.

Ainsi, entre 1972 et 1978, elle plaide dans six affaires de discrimination fondée sur le sexe devant la Cour, et remporte cinq victoires. Sa stratégie, tout au long des années 1970 est de persuader les Juges que le 14e amendement de la Constitution, qui garantit l’égale protection de tous, ne s’applique pas seulement à la discrimination raciale, mais également aux discriminations de genre.

 

Sa première victoire notable porte, en 1971, sur le cas Reed contre Reed. Elle parvient à faire invalider par la Cour une loi de l’Idaho stipulant que « les hommes doivent être préférés aux femmes » en tant qu’exécuteurs testamentaires. Quatre ans plus tard, elle démontre que les lois sexistes peuvent aussi porter préjudice aux hommes et obtient que les allocations versées aux veuves le soient également aux veufs. En 1996, grâce à sa détermination farouche, l’institut militaire de Virginie, jusqu’ici exclusivement masculin, s’ouvre aux femmes.

Ruth Bader Ginsburg pèse également dans le débat relatif au droit à l’avortement adopté aux États-Unis en 1973 et pour les droits des homosexuels et aura un rôle décisif dans l’adoption par le Congrès de la loi Lilly Ledbetter sur l’égalité salariale.

 

De la figure reconnue à l’icône populaire

Nommée en 1980 à la prestigieuse cour d’appel du district de Columbia, elle entre treize ans plus tard à la Cour suprême où elle rejoint la première femme nommée en 1981 par Ronald Reagan, Sandra Day O’Connor.

C’est à cette époque que la juriste devient une véritable icône aux États-Unis. Elle gagne un surnom, « Notorious RBG », inspiré par le nom de scène d’un rappeur (Notorious BIG). Le biopic Une Femme d’exception, précédé d’un excellent documentaire, RBG, réalisé par Betsy West et Julie Cohen, consacrent sa popularité.

 

Un enjeu de succession crucial

Le choix de celui ou de celle qui lui succèdera est un enjeu crucial pour la vie politique américaine. En effet, les neuf juges de Cour suprême, désignés par le Président américain, sont nommés à vie et veillent à la constitutionnalité des lois. Ils peuvent surtout transformer durablement le visage de la société américaine sur des sujets majeurs comme le droit à l’avortement, la contraception, le mariage homosexuel, la santé, le contrôle des armes ou le réchauffement climatique. En cette année électorale, la Cour suprême pourrait par ailleurs être amenée à arbitrer l’issue du scrutin en cas de litige, comme elle l’avait fait lors du dénouement de l’élection de 2000 en validant l’élection de George W. Bush.  

 

Donald Trump avait déjà restauré la majorité conservatrice à la Cour en nommant successivement deux nouveaux juges en 2017 et 2018.  Aujourd’hui, avec la mort de « RBG » la Cour devrait bientôt compter six juges conservateurs contre 3 progressistes.

Le 26 septembre dernier, le président des États-Unis a proposé Amy Coney Barret pour succéder à Ruth Bader Ginsburg. Le choix présidentiel devrait être rapidement validé par le Sénat qui prévoit de tenir des auditions à partir du 12 octobre. Un vote de confirmation est attendu fin octobre, quelques jours avant l’élection présidentielle du 3 novembre.