SNCF au féminin est un site de SNCF

Elisabeth Perrin Guillouet – Directrice adjointe qualité-excellence Opérationnelle

Tant que j’apprends je me sens à 100% de ma motivation

Publié le 01/04/2021 à 9:00

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je travaille chez SNCF depuis 1998. J’ai fait des études de commerce international et avec mon profil trilingue j’imaginais une carrière en relation avec l’international. A la SNCF l’endroit le plus exotique où j’ai travaillé reste Meaux en Seine et Marne. A défaut de mobilité géographique j’ai eu la chance d’exercer plusieurs métiers et de développer des compétences variées au sein de l’entreprise. J’ai été manager, contrôleuse de gestion et à présent j’accompagne les équipes en Excellence Opérationnelle.

De quoi es-tu la plus fière concernant ton métier ?

Ce qui me plait c’est de pouvoir apprendre et développer des compétences. Tant que j’apprends je me sens à 100% de ma motivation. C’est mon moteur. Ma seconde motivation c’est de travailler avec des collectifs. J’aime travailler en équipe, seule je suis et je serai toujours moins performante.

Peux-tu nous donner ta vision et ta propre définition de l’équilibre et penses-tu l’avoir trouvé aujourd’hui ?

Dans la vie professionnelle comme dans la vie perso il y des périodes plus ou moins faciles à gérer. Quand les enfants sont petits on passe son temps à courir mais l’énergie des petits est aussi très communicative. Des postes à responsabilité opérationnelles demandent beaucoup d’investissement en temps et en charge mentale mais procurent également beaucoup de satisfaction. Ce qui est important est de savoir déléguer pour se concentrer sur l’essentiel. Ça marche pour la vie pro et perso. Faire le tri entre l’essentiel et l’accessoire.

J’ai 3 enfants de 19, 17 et 13 ans, je suis en couple avec le même homme depuis 25 ans et dans la même entreprise depuis 23 ans. On peut dire que j’aime la stabilité mais comme je déteste m’ennuyer je n’ai jamais hésité à oser l’aventure au niveau du travail ou en famille, à sortir de ma zone confort.

Quelles sont tes inspirations du moment ? une œuvre, ou une personne ?

J’ai été subjuguée par cette jeune poétesse de 22 ans que le monde a découvert lors de l’investiture de Joe Biden : Amanda Gorman

Elle a réitéré l’exploit en proclamant un poème lors du Super bowl, un événement très populaire et on ne peut plus éloigné de la poésie. Cette jeune femme est brillante mais surtout elle ose et ça marche. Elle dégage une telle confiance en elle. Elle est inspirante.

Mon autre inspiration c’est quand je vois ces jeunes diplômés qui abandonnent de belles carrières dans les grands Groupes du CAC 40 pour des vies plus proches de la nature et en accord avec leurs inspirations, qui osent vivre mieux avec moins. Je suis très sensible à ce concept de sobriété heureuse.

Pourquoi cet engagement au sein du réseau SNCF AU FÉMININ ?

Je suis certaine d’une chose dans la vie, c’est qu’ensemble on est plus fort et on arrive à bouger les choses. Alors quand des femmes (et des hommes) décident de se regrouper pour faire avancer l’égalité et bien j’y crois. J’ai adhéré au réseau dès sa création. Et en fonction de mes possibilités, je me suis investie car je crois que SNCF au Féminin peut être un relai pour des collègues en dehors de toute ligne hiérarchique, un poil à gratter dans l’entreprise, un lieu où il est possible de rencontrer des collègues d’autres secteurs de l’entreprise et encore plus aujourd’hui où l’entreprise est de plus en plus silotée.

C’est pour toutes ces raisons que je crois à la nécessité d’avoir un tel réseau au sein de l’entreprise.

Quel est ton sentiment sur l’avancée de l’égalité professionnelle dans les entreprises aujourd’hui ?

Ce n’est pas gagné et il reste beaucoup à faire.

C’est pourquoi je crois beaucoup en l’éducation des jeunes filles. Je suis investie au sein de l’association Capital Filles qui soutient et accompagne les jeunes filles dans leurs choix d’orientation. L’idée est qu’elles osent se diriger vers des études et des métiers de leur choix en faisant fi des préjugés. On les aide à sortir des stéréotypes de genre pour qu’elles puissent découvrir toute une palette d’études et de métiers possibles. La première barrière est dans les choix d’orientation et je reste persuadée que la mixité entraine plus d’égalité.

Quel conseil souhaites-tu donner aux membres et futurs membres du réseau SNCF AU FEMININ ?

En ce moment, la parole se libère et c’est vraiment chouette.

Mais cela signifie qu’on rend visible des comportements masculins qui ne sont plus tolérables aujourd’hui : cela va du sexisme ordinaire à la violence faites aux femmes. Certains hommes ressentent un malaise et ont envie d’insister sur le fait que tous les hommes ne sont pas « comme ça » … Mais bien évidemment et heureusement !

Mais sous prétexte de ne froisser aucune sensibilité, il ne faudrait pas en parler ou de manière très soft ?

J’ai beaucoup réfléchi à la question et je reste persuadée que tant que l’égalité homme-femme n’est pas atteinte on doit se battre du côté de la minorité à savoir les femmes. Et avant d’arriver à l’égalité on doit passer par des mesures qui rendent la situation plus équitable. Donc un grand oui pour accueillir les hommes au sein de SNCF au FEMININ mais pour défendre la cause des femmes.

Je rêve qu’un jour il n’y ait plus besoin d’œuvrer pour l’égalité car elle sera naturelle mais d’ici là il y a encore du boulot 😊