SNCF au féminin est un site de SNCF

En lice pour les trophées des Femmes de l’Industrie 2019 ! #3 : Chantal Joie-La Marle

Chantal Joie-La Marle est Responsable Innovation au sein de SNCF Mobilités. Avec deux autres femmes de SNCF, elle est en compétition pour les Trophées des femmes de l’Industrie. Elle concourt dans les catégories « Femme de R&D » et « Femme d’Innovation ». Portrait.

Publié le 19/09/2019 à 9:00

Ingénieur Sup’Aéro et Psycho… Et aussi socio, philo, co-design. Le parcours académique transdisciplinaire de Chantal Joie-La Marle en dit long sur sa curiosité d’esprit et sa soif d’apprendre. D’autant que ce n’est pas fini : depuis septembre 2018, elle prépare une thèse de doctorat sur l’impact du développement des soft skills liées à la transformation organisationnelle. Un sujet de choix pour celle qui, depuis toujours, veut faire le pont entre sciences de l’ingénieur et sciences humaines, savoir-faire métier et savoir-être relationnels, compétence technique et intelligence émotionnelle, expression des talents individuels et performance collective.

 

Elle entre chez SNCF en 2001, comme responsable de recherche à la Direction Innovation & Recherche. Elle y développe des outils pour améliorer la performance, comme par exemple Aïda, un système d’analyse automatisé des boîtes noires des trains nouvelle génération, autrefois vérifiées manuellement. Elle rejoint ensuite Transilien où elle conçoit et déploie des outils d’analyse pour traiter des questions sensibles de robustesse et de régularité.

 

En 2012, on lui propose un formidable défi : créer un Lab’ dédié à tous les enjeux du Mass Transit. Autrement dit animer un  lieu d’innovation et d’incubation en capacité de répondre au besoin d’offrir une expérience plus fluide et qualitative à des voyageurs toujours plus nombreux en zone urbaine hyperdense… Et cela, sans faire exploser les coûts ! Au cœur de ce projet d’innovation frugale, Chantal Joie-La Marle place le principe d’interdisciplinarité : tous les points de vue, tous les champs d’expertise, toutes les approches et méthodes de travail doivent être mobilisés. Le Lab’ Mass Transit intègre des représentant·e·s des métiers en interne et s’ouvre aussi à des personnalités extérieures à l’entreprise via de nombreux partenariats académiques « L’innovation appelle des façons de penser en rupture avec les modèles traditionnels.  … Et c’est un exercice complexe dans une entreprise comme SNCF, dont les métiers sont fortement contraints, en particulier pour des raisons de sécurité. Pour autant, la contrainte ne peut pas être comprise comme un obstacle à l’innovation : elle en est l’un des paramètres, sur lequel on peut capitaliser. C’est le principe même de la pensée « outside the box » qui invite au changement de perspective, à challenger la question avant d’apporter la réponse, à explorer des voies transverses pour atteindre les objectifs » explique-t-elle dans une interview au magazine EVE.

 

L’initiative est remarquée. Chantal Joie-La Marle présente le Lab’ dans les Mardis de l’Innovation du Club des Directeurs de l’Innovation de Paris. Puis, elle représente la SNCF à la Fédération nationale Économie & Performance dans le groupe « Comment ériger l’innovation en réflexe culturel » sous l’égide d’Anne-Marie Idrac et contribue à l’ouvrage Oser l’innovation – Pour construire une société d’innovateurs que publie ce collectif de travail. Chapeau bas ! Son succès, elle le doit, selon les mots de Pierre Messulam, Directeur général adjoint de Transilien, à « sa capacité de conjuguer curiosité et rigueur scientifique, empowerment des acteurs, bienveillance exigeante, solides connaissances en exploitation ferroviaire, sensibilité aux dimensions individuelles et interpersonnelles des comportements et des processus d’innovation ».

 

Membre du réseau SNCF au Féminin depuis ses débuts, elle en devient ambassadrice pour Transilien et lance plusieurs groupes experts. Convaincue que la voix de toutes et tous est nécessaire à la créativité, elle entend contribuer à amplifier celle des femmes, encore trop rare dans le chœur des métiers de l’ingénierie, de l’industrie et de l’innovation. Quand elle évoque son implication dans le réseau mixité du groupe, elle a une expression qui dit tout à la fois l’ambition de cette instance transverse et sa propre façon d’adresser toutes les problématiques : « oser un regard décalé et transverse ! ».