SNCF au féminin est un site de SNCF

Nos métiers n’ont pas de sexe ! – #2 : chef·fe de projet système d’information

Notre entreprise propose une immense variété de métiers. Tous ces métiers sont ouverts aux femmes comme aux hommes.

Publié le 26/09/2019 à 17:06

Tous ces métiers ont à gagner à la mixité, parce que, comme de nombreuses études l’ont mis en évidence, la diversité des profils est un levier de performance : meilleure compréhension des parties prenantes (usager·e·s, partenaires…), renforcement de la qualité de vie au travail (ergonomie, fonctionnement du collectif…), partage d’expériences favorable à l’évolution des pratiques et à l’innovation…

Hélas, à l’échelle de l’économie française, les femmes se concentrent sur moins de 20% des métiers existants. La mixité des métiers se heurte au fait que de trop nombreuses femmes ne se projettent pas dans certaines fonctions… Il est temps que ça change ! Il est temps que les femmes osent investir certains milieux réputés masculins, pour y trouver les voies de leur épanouissement… Et peut-être de leur réinvention professionnelle.

Pour vous donner une meilleure vision de la variété des métiers de notre entreprise, votre webmagazine SNCF au Féminin vous propose une série spéciale sur les métiers, qui a commencé avec une présentation de la SUGE et se poursuit avec ceux des systèmes d’information.

 

Mission : apporter des solutions

Un·e chef·fe de projet SI est une sorte de consultant·e interne à qui des « clients » (les autres entités de l’entreprise) adressent des problématiques concrètes auxquelles les nouvelles technologies peuvent répondre.

Il/elle peut être interpellé·e sur toutes sortes de thématiques qui intéressent l’entreprise : l’expérience client, la sécurité, le contrôle qualité, l’organisation du travail des agent·e·s, la propreté, les achats, la communication (interne et externe), les questions RH (recrutement, formation, qualité de vie au travail, formation, transformation managériale)…

Le/la chef·fe de projet SI va étudier le besoin avec son client, imaginer des solutions pour satisfaire ce besoin et coordonner les étapes de la mise en œuvre de la solution retenue.

 

Profil : interprète curieux·se et créatif·ve

Un·e chef·fe de projet SI est donc un·e interprète : il/elle doit bien comprendre ce qu’exprime le client pour pouvoir le traduire en langage IT auprès des équipes de développement. Ce qui signifie qu’il/elle doit maîtriser plusieurs « langues » : celle des informaticien·ne·s mais aussi celle des divers environnements métiers qui lui font part de leurs besoins.

Les langues, ça s’apprend ! Et chacun·e le sait, c’est davantage en voyageant qu’en révisant seul·e dans son coin que l’on gagne en connaissance du langage, de la culture et des usages de différentes populations. Aussi, avant même de parler de compétences techniques et des formations qui existent pour acquérir celles-ci, c’est un tempérament qu’il faut avoir pour être chef·e de projet SI : être ouvert·e et curieux·se, capable de s’intéresser à toutes sortes de sujets ; être à l’écoute et avoir de l’empathie pour bien cerner la demande des clients, comprendre comment cette demande s’inscrit dans leur environnement, ce que sont leurs enjeux directs et indirects dans la mise en place d’une solution innovante, ce que sont aussi possiblement leurs craintes et leurs résistances (car tout changement, qui plus est quand il se concrétise par une innovation technologique, peut être déstabilisant avant de faire la preuve de ses bénéfices) ; être créatif·ve tout en étant pragmatique pour proposer des solutions qui vont vraiment apporter un « plus » dans le quotidien des personnes à qui elles vont s’adresser.

 

Êtes-vous fait·e pour ce métier ?

Vous aimez le contact et avez un bon sens relationnel. Le métier de chef·fe de projet SI  vous ira à ravir : au quotidien, vous interagirez avec des personnes de différents horizons et divers points de vue, du client aux fournisseurs et prestataires, en passant par les informaticien·ne·s, mais aussi les communicant·e·s, les fonctions commerciales, les agent·e·s de terrain, les technicien·ne·s. Vous allez être le/la chef·fe d’orchestre qui fait jouer harmonieusement, à la juste mesure et au bon tempo, la partition collective d’une innovation dont chacun·e pourra tirer de la fierté.

 

Vous avez l’esprit collaboratif. Vous managez une équipe sur mesure et votre leadership repose sur votre capacité à faire travailler ensemble les un·e·s et les autres. Vous avez le sens de la coopération chevillé au cœur et envie de développer toutes les « soft skills » nécessaires à la mise en place des conditions nécessaires au bon fonctionnement d’un collectif : confiance, sens de l’inclusion, force de conviction, négociation, gestion du stress, motivation…

 

Vous aimez apprendre tous les jours. Votre récompense au quotidien, c’est l’émerveillement suscité par la découverte de nouvelles choses. Vous allez voir l’entreprise et ses métiers sous de multiples angles et, de ce fait, gagner en vision transversale. Au contact d’une grande variété d’interlocuteurs/interlocutrices, vous allez renforcer encore votre compréhension et votre maîtrise des ressorts de l’humain·e. Bref, vous n’allez pas vous ennuyer !

 

Vous aimez les ambiances de travail conviviales et dynamiques. Oubliez l’imagerie « geek » qui colle aux métiers des nouvelles technologies : non, vos futurs collègues ne sont pas de renfermé·e·s taiseux·ses qui ne parlent qu’en grommelant entre deux parts de pizza froide ! Les SI, c’est certes une ambiance plus décontractée que dans d’autres métiers, mais pas une caricature de start-up de la Silicon Valley. Ce qui caractérise la culture SI, c’est d’abord la convivialité, le dynamisme, l’esprit d’équipe qui s’expriment dans une organisation du travail qui casse les codes hiérarchiques traditionnels et permet l’audace.

 

Vous aimez les challenges. Vous travaillez en mode projet, avec des objectifs à atteindre et pour cela, vous mobilisez des ressources, franchissez ou contournez des obstacles, adaptez vos plans au fur et à mesure du développement de la solution dans une incessante volonté d’amélioration continue… Et quand le résultat est là, quelle joie ! Mais pas de « baby-blues » : déjà un nouveau challenge se présente.

 

Vous aspirez à évoluer. Le métier de chef·fe de projet SI offre d’intéressantes perspectives d’évolution professionnnelle. D’abord, parce qu’il permet d’acquérir des compétences dans le numérique, incontournables pour se projeter dans les métiers d’avenir. Ensuite, parce qu’il donne un large accès à l’information sur les autres entités et métiers du Groupe, et bien sûr sur les opportunités qui s’y présentent. Il se pourrait bien qu’un jour, les gens qui ont travaillé avec vous sur la mise en place d’une solution pour leur entité vous appellent pour que vous les rejoigniez. Car en plus de vous donner de la visibilité sur ce qui se passe dans le Groupe, le métier de chef·fe de projet SI vous met en visibilité !

 

Vous former aux métiers SI

Le métier vous tente, mais la barrière des compétences techniques vous retient ? Faites-la tomber : les compétences du numérique s’apprennent. Et pas si difficilement qu’on le croit (tenez, lisez donc l’interview de Frédéric Bardeau, le cofondateur de Simplon.co, pour vous en convaincre).

La Team e.SNCF, missionnée pour le développement des compétences numériques dans le groupe a lancé en 2017 l’École Numérique accessible à tou·te·s les salarié·e·s de l’entreprise. Conçue comme un écosystème pédagogique, cette École propose des solutions d’apprentissage diverses pour permettre à chacun·e de se former à son rythme, selon ses besoins et ses ambitions :

  • Formations présentielles
  • Digital learning
  • Conférences en ligne
  • Ateliers
  • MOOC
  • Groupes Yammer thématiques…

 

L’École Numérique est également à l’origine du développement de plusieurs programmes de formation d’excellence à destination des permanent·e·s et des contractuel·le·s :

  • Passerelles SI, permettant d’acquérir un Mastère spécialisé dans les métiers du numérique délivré par l’INSA Lyon. Le dispositif est ouvert aux personnes de qualifications F ou G (ou équivalent), titulaires d’un bac +4/5 ou ayant réalisé une Valorisation des Acquis Professionnels (VAP) et témoignant d’au moins 5 ans d’expérience dans l’entreprise. La formation se déroule sur un an, dont 6 mois de stage au sein d’une DSI du Groupe SNCF. Accessible sur dossier, elle est totalement prise en charge par e.SNCF en contrepartie de l’engagement du/de la salarié·e à rechercher et occuper un poste correspondant aux besoins de l’entreprise dans les zones géographiques en tension sur les métiers du numérique (Île de France, régions de Lyon, Nantes, Lille)
  • La formation IPI, délivrant un diplôme de chef·fe de projet ingénierie logicielle. Elle est accessible à tout public de niveau bac+3 en informatique et se déroule sur une durée de 12 à 24 mois.
  • La formation CESI est ouverte aux Bac+2 (ou niveau équivalent) qui ont une expérience d’au moins 3 ans au sein d’un service informatique du Groupe. Elle permet de devenir chef·fe de projet informatique.
  • Le Master MIAGE, en partenariat avec l’Université de Grenoble-Alpes forme au métier d’ingénieur·e en informatique de gestion. Il est ouvert aux personnes titulaires d’un bac général ou technologique qui ont moins 3 ans d’expérience dans l’entreprise.

Construisez votre parcours de formation aux métiers du numérique en échangeant avec votre N+1 sur vos aspirations, puis en consultant votre RRH ou Conseiller Carrière.

 

Encore un mot… Sur la place des femmes dans les métiers du numérique.

Les métiers du numérique manquent de mixité. Et ce n’est pas normal ! Car ces métiers n’ont pas de sexe mais bien tout pour attirer autant les femmes que les hommes. D’ailleurs, saviez-vous que jusque dans les années 1980, il y avait plus de 40% de femmes parmi les informaticien·ne·s ? Saviez-vous que l’inventeur du compilateur est une inventrice, Grace Hopper ? Saviez-vous que la technologie Lamarr intégrée dans le bluetooth, le wifi et le GPS doit son nom à une femme, autodidacte et comédienne de métier, Hedy Lamarr ? Saviez-vous que le premier programme informatique de l’histoire a été écrit par une femme, Ada Lovelace ? Il est absurde, sur le plan historique, d’imaginer que l’histoire de la participation des femmes à l’informatique et au numérique n’a pas commencé de s’écrire. Cette histoire a seulement été invisibilisée, avec pour effet de priver les femmes de rôles modèles pour se projeter dans ces métiers.

 

Cette dépossession du territoire des nouvelles technologies est réversible : c’est aux femmes d’aujourd’hui qu’il appartient de rouvrir les chemins tracés par les pionnières en s’orientant et se reconvertissant vers les métiers du numérique (ce qui est possible à tout âge de la vie et quelles que soient ses expériences professionnelles passées) ; c’est aux hommes aussi de combattre aux côtés des femmes la « broculture » qui s’est installée dans la tech et qui en décourage plus d’une d’aller vers cet univers, mais qui fait aussi beaucoup de tort aux hommes qui ne se reconnaissent pas dans les caricatures de virilité dominatrice.

 

Femmes et hommes de bonne volonté pour réussir la mixité dans le numérique, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’ambassade tech au féminin !