SNCF au féminin est un site de SNCF

Mrs. America, l’histoire des femmes qui n’aimaient pas les féministes

Formidable récit politique sur l’ascension dans les années 1970 de la conservatrice américaine Phyllis Schlafly, Mrs. America retrace surtout l’histoire du féminisme et de ses combats. Une série portée par une Cate Blanchett magistrale, diffusée sur Canal+.

Publié le 16/06/2020 à 9:00

Combat de femmes contre d’autres femmes, Mrs. America nous plonge en neuf épisodes dans l’Amérique du début des années 1970. Richard Nixon est à la Maison Blanche. La guerre du Vietnam n’en finit pas et le mouvement féministe est assez influent pour que Démocrates et Républicains s’accordent sur le vote de l’Equal Rights Amendment (ERA), une proposition d’amendement visant à inscrire l’égalité des droits entre les sexes dans la Constitution américaine. À charge pour les cinquante États de le ratifier.

Mais c’est sans compter avec Phyllis Schlafly, incarnée avec brio par Cate Blanchett. Cette mère de six enfants et épouse d’un avocat ultraconservateur de l’Illinois, se lance à corps perdu dans une croisade contre l’ERA et devient une figure de proue du mouvement antiféministe.

 

Fine stratège, ne s’embarrassant pas toujours de la vérité, pétrie de contradictions, elle organise dans tout le pays des comités de femmes au foyer qui s’imposent dans l’espace médiatique et réussiront à faire basculer le rapport de force en leur faveur. « Les femmes qui travaillaient à la maison, selon la tradition, se sentaient alors jugées et marginalisées. Elles avaient l’impression d’être considérées comme inférieures par les féministes », analyse Cate Blanchett dans un entretien donné au New York Times. Phyllis Schlafly instrumentalise leurs peurs et se fait leur porte-voix, quitte à être prise à son propre piège (le dernier plan de l’épisode final est à ce titre glaçant…).

 

À ce parcours ambigu d’une femme tout à la fois brillante et insupportablement réactionnaire, répond, en miroir, la vie du mouvement féministe de l’époque. Ses grandes figures, comme Gloria Steinem, journaliste et fondatrice de Ms. Magazine, Betty Friedan, pionnière du féminisme et auteure de La Femme mystifiée, ou Shirley Chisholm, première femme afro-américaine élue au Congrès, sont incarnées par de formidables actrices. Chaque épisode accorde une place de choix à l’une d’entre elles.

 

Les premiers épisodes demandent une attention soutenue pour suivre les méandres de la campagne présidentielle de 1972 et les luttes de factions au sein du mouvement féministe, mais Mrs. America déroule avec beaucoup d’intelligence une galerie de portraits riches et nuancés. Le tout servi par une bande-son entraînante et dans un esprit seventies impeccablement ressuscité.

 

© FX-Hulu-CanalPlus