SNCF au féminin est un site de SNCF

L’égalité femmes/hommes au fil de l’actu

Voici trois actualités phares des deux dernières semaines sur le front de la mixité.

Publié le 23/03/2020 à 9:00

Recyclage et artisanat au Burkina Faso : Le projet d’une jeune entrepreneure française récompensé

Le Prix Terre de Femmes 2020, de la Fondation Yves Rocher, a été attribué à Gaëlle Nougarede. Cette jeune Française a créé le Projet P3 – Plastique, Projet, Pochette au Burkina-Faso, où elle vit. Cette initiative emploie 22 femmes en situation de précarité et les aide à avoir un meilleur niveau de vie à travers l’artisanat. Et d’utiliser des matériaux recyclés pour confectionner leurs produits : des pochettes, des porte-clés, des sacs à main, des tabliers… Il n’y a pas de limite à leur créativité ! Gaëlle Nougarede envisage désormais de laisser aux Burkinabés la gestion de l’entreprise. L’entrepreneure souhaite se lancer dans d’autres aventures : des plantations d’arbres, la fabrication de kits d’hygiène ou des projets autour de l’eau de l’énergie solaire.

 

 

Le magazine TIME crée 89 couvertures pour rendre hommages aux femmes

Le magazine TIME a lancé en mars 2020 le projet « Les 100 femmes de l’année » pour rendre hommage à toutes celles qui ont « influencé la société » mais qui ont été oubliées par la publication américaine. Dans le texte de présentation, TIME fait son mea-culpa : pendant 72 ans, le choix de la « Personnalité de l’année » n’a vu qu’onze femmes faire la une. Le magazine a donc décidé de créer 89 nouvelles couvertures montrant des femmes importantes pour compléter ce chiffre : Amrit Kaur, Grace Hopper, Marsha P. Johnson, J. K. Rowling, Toni Morrison, Anitta Hill… La décision a été prise après des mois de négociations autour de 600 nominations. Et pour conclure, TIME a demandé à la féministe Gloria Steinem de faire une relecture actuelle et d’ajouter des observations à son article de 1970 portant sur l’avenir des femmes.

 

Une « Messe Beyoncé » pour mettre en lumière l’égalité et l’expérience des femmes afro-américaines 

Les églises protestantes aux États-Unis sont souvent un lieu de rassemblement important pour certaines communautés : à travers la religion, un lien social se crée. La pasteure Yolanda Norton

a conçu une messe exceptionnelle, où les fidèles chantent les chansons de… Beyoncé. « En tant que jeune femme afro-américaine, j’ai vu dans la vie de Beyoncé et dans ses expériences des éléments qui m’ont rappelé ma propre réalité. Elle est très authentique. Elle parle directement au cœur des femmes noires », a-t-elle expliqué. Les paroles de la « Queen B » sont accompagnées d’un rituel de conscientisation : chaque participant·e doit au début prendre une pierre blanche symbolisant une discrimination – l’homophobie, la grossophobie, la transphobie – qui est ensuite jetée dans un seau pour que la personne « s’en débarrasse ». Selon Yolanda Norton, Beyoncé symbolise « l’égalité, le pouvoir et la beauté ».