SNCF au féminin est un site de SNCF

L’égalité femmes/hommes au fil de l’actu : votre revue de web du 5 décembre 2019

Voici trois actualités phares des deux dernières semaines sur le front de la mixité.

Publié le 05/12/2019 à 8:00

Paris ajoute le prénom de femmes célèbres aux rues où il n’y a que leur nom de famille

Pour combattre l’invisibilisation des femmes, il faut aller à la source. La Mairie de Paris a commencé à mettre le prénom de femmes connues sur les plaques de rue où l’on ne voit que leur nom de famille. C’est le cas du boulevard Rochechouart, par exemple, qui deviendra désormais Marguerite-de-Rochechouart (1665-1727), faisant référence à la religieuse érudite et abbesse de Montmartre au XVIIIème siècle. Une dizaine de panneaux doivent être changés pour mieux raconter l’histoire. Selon Le Parisien, seulement 12% des artères ou équipements publics de la capitale portent le patronyme d’une femme.

 

 

Le magazine GQ inclut les femmes pour la première fois dans son classement des personnalités de l’année

Le magazine GQ a décidé d’inclure les femmes dans son célèbre classement des personnalités de l’année. Et ce, pour la première fois. Selon la rédactrice en chef du média, un palmarès totalement masculin « semblait dénué de son sens ». Elles sont par ailleurs majoritaires sur la liste de neuf catégories, qui en compte cinq : Chris (chanteuse de l’année), Florence Foresti (humoriste), Estelle Mossely (boxeuse), Anne-Elisabeth Lemoine (animatrice télé) et Marina Foïs.

 

 

 

L’Université de Harvard annonce la « plus large étude » sur la santé des femmes aux États-Unis

En partenariat avec Apple et l’Institut National de Santé (NIH, en anglais), l’Université de Harvard a annoncé en novembre qu’elle prépare « possiblement la plus large étude sur la santé féminine aux États-Unis ». « En voyant le cycle menstruel comme un outil de diagnostic, comme l’on fait pour la pression cardiaque, nous pourrions détecter plusieurs conditions médicales concernant la santé féminine », a affirmé la chercheuse Shruthi Mahalingaiah. Les données seront collectées via une application sur le smartphone des participantes.