SNCF au féminin est un site de SNCF

L’égalité femmes/hommes au fil de l’actu : votre revue de presse du 4 octobre 2019

Voici trois actualités phares des deux dernières semaines sur le front de la mixité.

Publié le 04/10/2019 à 9:00

Une charte pour lutter contre les jouets stéréotypés

Un peu dépassés, les sempiternels rayons de jouets genrés de nos magasins, notamment à l’approche des fêtes de fin d’année : le rose et les poupées pour les filles, le bleu et les ballons pour les garçons. Pour mettre fin à cette expérience biaisée qui induit un devenir de princesses aux unes et d’aventuriers aux autres, le Conseil de la mixité et de l’égalité professionnelle dans l’industrie viennent de livrer une Charte d’engagements volontaires à destination des fabricants et distributeurs de jeux et jouets. Toute la chaîne de valeur du secteur est passée au crible : de la conception à la publicité en passant par le conditionnement des jouets, jusqu’au design des catalogues qui les promeuvent. Autant de précieux conseils pour enfin décloisonner les vocations des plus jeunes générations !

Mondiaux d’athlétisme : à quand une épreuve féminine de décathlon ?

Coup d’envoi ce vendredi 27 septembre des championnats du monde d’athlétisme à Doha. A côté de l’enthousiasme de voir se challenger les meilleur·e·s athlètes du monde, une incompréhension : pourquoi l’épreuve du décathlon reste-t-elle réservée aux hommes ? Les sportives ont gagné de nombreuses batailles pour plus d’égalité au cours du XXe siècle. Les JO de tir à l’arc en 1904, ceux de luge et de volley-ball en 1964, la course sur route en 1972, le marteau et la perche en en 1999… Mais pas le décathlon. Le Congrès de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a pourtant bien entériné en 2001 la décision de proposer un décathlon féminin, sur la recommandation d’un comité d’expert·es mais 18 ans plus tard, la résolution n’a toujours pas été suivie d’action. Kevin Mayer, actuel champion du monde de la discipline, fait part de son désarroi : « J’adorerais que les femmes fassent du décathlon. La situation actuelle, je ne la comprends pas. Je suis totalement convaincu qu’elles peuvent le faire et très bien ».

Détournement publicitaire pour se sensibiliser au cancer

Qui dit octobre, dit Octobre rose, campagne annuelle de communication destinée à sensibiliser au dépistage du cancer du sein et à recueillir des fonds pour la recherche. À cette occasion, l’association Rose up fondée en 2011 par la journaliste Céline Lis Raoux et la communicante Céline Dupré a lancé une campagne vidéo pas comme les autres. Intitulée « Fausses pubs, vraies malades », elle met en scène 10 femmes touchées par divers cancers (sein, ovaires, os, poumon…) en détournant des spots publicitaires célèbres pour « dépasser les apparences et les idées préconçues autour du cancer ».