SNCF au féminin est un site de SNCF

Bienvenue à l’ambassade Fret !

Prévu le 9 mars et reporté pour cause de Covid 19, le lancement de l’ambassade Fret a eu lieu le 22 juin. Un événement unique, par Teams, pour une ambassade unique. Sa spécificité ? Elle est animée par deux femmes et deux hommes.

Publié le 23/06/2020 à 9:00

 

Créer une ambassade Fret a sonné comme une évidence pour Gaëlle Vantalon-Korovitch lorsqu’elle a rejoint l’entité, comme responsable des affaires publiques européennes.

«À mon arrivée, j’ai dû me rattacher à une ambassade régionale, car il n’y en avait pas chez Fret. Cela manquait : Fret, c’est 5 000 agents dont 90 % d’hommes. Isolées, les femmes ont tendance à se taire. Il fallait leur offrir un canal “métier“ pour qu’elles puissent se confier et être aidées. »

Gaëlle prend alors la cause à bras le corps et recrute trois ambassadeurs :

Béatrice André, directrice des ressources, Christophe Millotte, chef de projet, et Hicham Taieb, responsable installations voies et services.

« Fret compte 10 usines réparties partout en France. Être quatre était indispensable. Plusieurs agents assureront aussi notre relais sur le terrain », explique Béatrice.

 L’autre atout de notre ambassade, c’est sa parité. On part à égalité. C’est positif !

« Cela ne doit pas être une ambassade d’amazones ! », ajoute Christophe. « Les hommes ont leur mot à dire, confirme Gaëlle. C’est le seul moyen de faire bouger les lignes. Mais surtout, ils voient les choses différemment, n’ont ni les mêmes expériences, ni le même recul sur les situations. On se complète ! ». « L’autre atout de notre ambassade, c’est sa parité. On part à égalité. C’est positif !”» estime Hicham.

 

Stop au sexisme ordinaire et à toutes les discriminations

Tous les quatre sont animés par les mêmes motivations : développer la mixité, valoriser les femmes du Fret et les aider à renforcer leur confiance en elles. « L’idée-même d’intégrer l’univers très masculin de Fret est compliquée pour une femme. Ne serait-ce que pour une question de vestiaires », avance Christophe. Au-delà, « la mixité est un signe d’ouverture et de dynamisme très important pour l’entité devenue une SAS au 1er janvier 2020 », estime Béatrice. L’enjeu est aussi de prévenir le harcèlement et le sexisme ordinaire, en offrant une écoute attentive et bienveillante, en soutenant, en orientant et en outillant les managers confrontés à de telles situations.

« À titre personnel, j’ai déjà été touché par des propos qui, sous couvert d’humour, blessent. L’enjeu est de lutter contre toutes les discriminations, de quelques sortes qu’elles soient : l’univers professionnel doit être une bulle de respect, où chacun doit pouvoir s’épanouir », reprend Christophe.

« Je me mets chaque jour à la place de mes filles. Comment affronteront-elles demain leur avenir professionnel ? Auront-elles à subir le harcèlement, la discrimination, les injustices de salaire ou de ralentissement de carrière ? », ajoute Hicham.

 

 

Un soutien au plus haut niveau

Déjeuner de femmes une fois par mois pour libérer la parole, ateliers sur la parentalité, projection du film SNCF au Féminin suivie de débat sur les sites, ateliers de développement personnel… Les actions, ralenties par la situation sanitaire, vont être lancées progressivement. Pour avancer vite et bien, l’ambassade compte réunir chaque trimestre autour d’elle un Copil, composé de ses sponsors et de Karen Guinier et Asha Meralli deux personnes déléguées respectivement par la DRH et la Dircom.

« Nous sommes encouragés au plus haut niveau, y compris par Frédéric Delorme, le président de TFMM et Jérôme Leborgne, notre directeur général, estime Gaëlle. Leur soutien et celui de nos sponsors – également deux hommes et deux femmes – est indispensable pour octroyer des moyens ou débloquer des situations. »

Nous allons tous dans le même sens, et c’est une chance !

Diversité et ouverture ont été les maîtres-mots de Frédéric Delorme lors de l’événement de lancement, et pour Jérôme Leborgne « il faut apprendre à pratiquer la culture de l’inclusion ». Sa conclusion est aussi forte de sens : « l’objectif de cette ambassade est de promouvoir la mixité au service du développement, le développement des personnes et celui de l’entreprise ».

« Nous allons tous dans le même sens, et c’est une chance. L’enjeu sera ensuite que tous les agents du Fret se saisissent de l’ambassade, se l’approprient, participent aux actions proposées, pour engager une vraie dynamique au niveau de l’activité tout entière. On compte sur vous ! », conclut Gaëlle.