SNCF au féminin est un site de SNCF

L’actualités de toutes les solidarités

Covid-19 : Solidarité toute.s !

Pour faire face au coronavirus, des dizaines de milliers de Français.e.s. font don de leur compétence, de leur créativité ou de leur temps. Petit tour d’horizon de celles.ceux qui se serrent les coudes à l’heure de la distanciation sociale.

Publié le 21/04/2020 à 9:13

Aux petits soins avec les soignant.e.s

Particuliers et professionnel.le.s se mobilisent partout en France pour venir en aide aux soignant.e.s, en première ligne face à l’épidémie de Covid-19. Des appels aux dons, via des plateformes comme Protège ton soignant, sont lancés pour l’achat de matériel de protection, d’appareils médicaux ou pour le paiement des frais de transport et d’hébergement.

Dans toutes les régions, des solutions sont déployées pour faciliter les déplacements du personnel médical. Desserte des grands hôpitaux par lignes de bus dédiées, gratuité des transports publics, courses en VTC à prix réduits, véhicules électriques mis à disposition, et même dons de bicyclettes !

Des solutions d’hébergement gratuites ont aussi été lancées. Ainsi, à la demande de l’État, Airbnb a créé depuis fin mars Appart Solidaire, une plateforme de mise à disposition gratuite de logements pour les soignant.e.s. Au bout d’une semaine, 5 000 logements étaient déjà proposés et 11 000 nuitées réservées.

Ailleurs, des boulangers livrent des fournées de viennoiseries dans les hôpitaux, des pizzaïolos offrent des calzone et quatre-fromages, de grand.e.s chef.ffe.s se remettent aux fourneaux pour nourrir les blouses blanches, des collectifs, comme Ecotable, lancent des opérations de crowdfunding visant à offrir des repas aux personnels hospitaliers tout en soutenant les petits producteurs.

La solidarité permet aussi de faciliter la vie quotidienne de ceux qui sont au chevet des malades. Le réseau En première ligne, par exemple, met en relation volontaires et soignant.e.s pour les soulager de certaines tâches quotidiennes (courses, garde d’enfants). Les machines à coudre tournent elles aussi à plein régime, dans les grandes maisons de mode, comme chez les particuliers, pour approvisionner les soignant.e.s en masques et en sur blouses.

 

Voisinage : la proximité plus que jamais

Les exemples de solidarité entre voisin.e.s se multiplient : affichettes épinglées dans les ascenseurs pour offrir de l’aide aux plus âgé.e.s, groupes WhatsApp à l’échelle des immeubles, des quartiers ou des écoles pour soutenir les parents … Des milliers de tweets proposant des services sont recensés sous le hashtag #SolidariteCOVID19. Les applications mobiles dédiées à l’échange de services, et au dépannage, tels Mes voisins, Allo Voisins, Next door, Voisins solidaires sont très utilisées. L’association tousbenevoles.org qui promeut l’engagement citoyen grâce à sa plateforme de mise en relation bénévoles-associations, connaît une hausse de fréquentation de 30 % depuis le début de la crise.

70 000 personnes ont rejoint la réserve civique via la plateforme gouvernementale jeveuxaider.gouv.fr pour distribuer des produits de première nécessité et des repas aux plus démunis, faire des courses pour plus fragiles, maintenir le lien avec des personnes âgées, malades ou en situation de handicap. Même les animaux de compagnie ne sont pas oubliés. La plateforme collaborative de garde d’animaux pabete.com rend ses services gratuits pendant le confinement et permet à toutes les personnes touchées par le virus de faire garder leur animal en toute sérénité et sans frais.

 

La French Tech en ébullition

En réponse à l’appel lancé le 10 mars dernier par le secrétaire d’État chargé du Numérique, de nombreuses entreprises de la Tech se sont mobilisées pour proposer leurs services aux actrice.eur.s de la santé et aux particuliers. Doctolib donne ainsi accès, gratuitement, à sa plateforme de consultation en ligne. D’autres start-up spécialisées dans la téléconsultation comme Qare ou Leahcare proposent aux médecins d’accéder gratuitement à leurs solutions.  L’AP-HP (les Hôpitaux de Paris) et Nouveal e-santé ont mis au point une application e-santé de suivi médical à domicile des patient.e.s atteint.e.s par le coronavirus ou suspectés de l’être. Covidom permet  aux patient.e.s ne nécessitant pas d’hospitalisation de bénéficier d’un télésuivi à domicile.

Autre défi pour les Français.e.s pendant cette période de confinement : l’école à la maison. Les start-up de l’« edtech » se mobilisent pour faciliter le quotidien des parents et des enfants. Ainsi, Nomad Eduation, une application mobile utilisable sans connexion et couvrant l’ensemble des programmes, de la primaire à bac+5, donne librement accès à ses services.

L’impression 3D se plie en quatre 

Des « makers » produisant des serre-têtes de visières anti-projection dans leur salon, aux start-up de pointe qui conçoivent des pièces sur mesure pour les hôpitaux… Les initiatives d’impression 3D foisonnent pour faire face à la crise sanitaire.

Le réseau Makers for Life, en partenariat avec des praticiens hospitaliers du CHU de Nantes, développe ainsi un respirateur artificiel d’urgence aux composants imprimables, dont les plans seront librement mis à disposition. Le collectif Club Sandwich Studio planche sur un projet identique, en lien avec l’AP-HP.

Du côté des grands industriels, un consortium formé par Air Liquide, Valeo, Schneider Electric et PSA s’est mis en place le 31 mars dernier pour fabriquer des respirateurs. Renault est prêt à en produire des centaines en quelques jours. Hewlett-Packard a mobilisé des ingénieurs de son centre R&D pour valider des plans de visières – en partenariat avec le CHU de Caen – diffusés à un réseau de clients, dont Decathlon ou Paris Saclay Hardware Accelerator.

 

La culture en partage

S’évader et se cultiver sans sortir de chez soi… C’est ce que proposent théâtres, salles de concerts, cinémas et musées qui se mobilisent pour offrir des contenus riches et gratuits aux millions de confiné.e.s.

La Comédie française lève le rideaux sur ses plus beaux spectacles, l’opéra national de Paris ou la Philharmonie de Paris, retransmettent opéras et concerts. Côté cinéma, la Cinémathèque Française partage ses trésors en mettant en ligne les master class de grands réalisateurs. L’INA offre un accès gratuit durant trois mois à un choix de films et d’émissions culte de la télévision française. Sur Gallica, les Essentiels de la littérature proposent un parcours multimédia dans les collections de la BNF. Le parc et le château de Versailles, mais aussi le musée du Louvre se visitent virtuellement. Tandis que le musée d’Orsay propose un site dédié au jeune public.

La plateforme du ministère de la Culture, Culture chez nous, répertorie toutes les initiatives des opérateurs culturels.

Et pour tous les confinés privés de clubbing, le DJ Laurent Garnier a posté un mix de 7 heures de musique enregistré en novembre dernier à Tokyo. De quoi danser en attendant des jours meilleurs.

 

Les réseaux plus en réseau que jamais

Les influenceur.se.s se mobilisent également pour partager leurs conseils et leurs talents. Quelques comptes Instagram à suivre si le cœur vous en dit.

@mybetterself, @youmakefashion et @littlebiceps partagent leur quotidien et leurs conseils avec un humour décalé.

@simoneminute, féministe et optimiste, recommande des podcasts et lectures. @taspensea recense les témoignages sur la charge mentale, encore plus d’actualité pendant la crise du covid-19.

@lilibarbery donne rendez-vous chaque soir à 18 heures pour une séance de yoga en famille. @esterelle, alias Esterelle Payany, critique gastronomique à Télérama partage sur son compte des recettes du placard inspirées de séries ou de films !  À retrouver aussi ici. Enfin, @riadsattouf accompagne son héroïne Esther dans la traversée du confinement.

 

Cerise sur le gâteau

 Je pense sincèrement que des femmes dans des positions d’autorité ou de pouvoir auraient abordé les choses différemment. Plutôt que d’avoir recours à ce corpus viril, martial, elles auraient vu plus facilement que ce qui fait tenir la société, c’est d’abord une bande de femmes »

C’est Christiane Taubira qui l’a dit, le 13 avril sur France Inter. Réécoute par ici