SNCF au féminin est un site de SNCF

3 questions à Karim Zeribi directeur de l’Engagement sociétal et de la Transition écologique, groupe SNCF

L’égalité femmes-hommes est un sujet non négociable

Publié le 28/05/2020 à 18:30

Pouvez-vous nous présenter les objectifs de cette nouvelle direction et plus précisément ceux pris en matière d’égalité femmes-hommes ?

La création de cette nouvelle direction a été souhaitée par le président Jean-Pierre Farandou pour impulser et piloter une véritable ambition sociétale et environnementale au service du groupe SNCF et plus largement de la société française. Cette ambition s’articule autour de trois priorités : remettre l’humain au cœur du projet du Groupe, agir pour la préservation de la planète et réaffirmer notre présence et notre ancrage territorial.  Pour réussir à relever ces défis nous avons décidé de réunir sous l’égide de cette nouvelle direction plusieurs entités qui vont devoir désormais travailler en synergie. Ainsi l’ex direction du développement durable, la fondation SNCF, le réseau SNCF au Féminin, les filiales SNCF Développement et Trains Expo Evénements SNCF composent la direction de l’engagement sociétal et de la transition écologique.

Je précise que j’ai personnellement souhaité que le réseau SNCF au Féminin rejoigne cette nouvelle direction. Il bénéficiera ainsi d’un périmètre d’action beaucoup plus large et jouera un rôle plus transversal pour peser sur les nécessaires évolutions à venir. Ce réseau, qui rayonne et contribue à valoriser la marque SNCF, occupera une place déterminante au sein d’une direction placée sous le signe de l’engagement. N’est-ce pas justement l’engagement qui caractérise SNCF au Féminin ? Un engagement pour des valeurs nobles – la lutte contre les  discriminations et la réduction des inégalités – qui n’oppose pas les hommes et les femmes, loin s’en faut, mais crée de la cohésion. Les ambassadrices du réseau et sa déléguée générale, Francesca Aceto, ont déjà démontré leurs capacités à faire évoluer les choses positivement. Nous allons poursuivre ce qui a été engagé à travers une feuille de route encore plus ambitieuse pour peser concrètement dans les mois à venir sur les sujets qui nous paraissent prioritaires.

Le projet stratégique sur l’engagement sociétal et la transition écologique comporte des objectifs forts en matière d’égalité femmes-hommes. C’est un sujet non négociable, à propos duquel nous ne devons faire montre d’aucune frilosité.  Dans un premier temps, il faut partir d’un diagnostic précis et incontestable. Aujourd’hui, l’entreprise compte 23 % de femmes : 19 % de cadres dirigeantes, 16 % de directrices d’établissement et environ 7 % de femmes à la Traction et au Matériel. D’ici à 2025, nous devons parvenir à atteindre le chiffre de 30 % de femmes cadres dirigeantes, 30 % de femmes directrices d’établissement et 15 % de femmes à la Traction.

Par ailleurs, nous devons nous pencher sur la question des conditions de travail qui, au sein de certains établissements doivent être révisées.

Si sur certains sites il n’y a pas de vestiaires et pas de toilettes distinctes hommes-femmes il faut rapidement engager des travaux pour remédier à cette situation… Dans une grande entreprise comme la SNCF ces cas de figure ne peuvent plus être tolérés s’il en existe encore. Je tiens d’ailleurs à souligner que ce sujet précis a été mis en lumière grâce au travail des ambassadrices de SNCF au Féminin. C’est aussi ça la force de ce réseau, sa capacité à imprégner les territoires, les établissements, à être sur le terrain et en situation de révéler les manques pour nous permettre de progresser collectivement. Un audit sur les conditions de travail avec la contribution de SNCF au Féminin sera réalisé dans les 230 établissements du Groupe, à raison de 80 établissements par an, sur la période 2021-2025.

Autre sujet crucial, celui des écarts d’avancement de carrière, et par là même d’augmentation de salaires qui en découle, entre les femmes et les hommes. La carrière des femmes se trouve encore trop souvent freinée et pénalisée du fait des maternités. Nous voulons nous pencher sérieusement sur ces questions avec la DRH Groupe pour remédier à ces inégalités.

 

Ces dernières années, le réseau a déjà fait beaucoup en termes de sensibilisation. Aujourd’hui, il acquiert une nouvelle dimension et va jouer un rôle essentiel.

 

Comment comptez-vous vous appuyer sur le réseau SNCF au Féminin pour développer et atteindre ces objectifs ?

J’ai proposé la création d’un conseil stratégique égalité femmes-hommes co- animé par la DRH Groupe et la DESTE (notre direction) et présidé par Jean-Pierre Farandou. Le président est très sensible à ces questions et il est important que nous puissions passer en revue avec lui deux fois par an nos avancées et les freins éventuels que nous rencontrons.  La création de ce conseil stratégique égalité F/H est un acte fort de transparence et une preuve de notre détermination. Il sera là pour rappeler, si nécessaire, à chacune et à chacun ses responsabilités quant à l’atteinte des objectifs fixés.

Sur le plan opérationnel nous allons proposer à la DRH Groupe et à la Direction du développement managérial et du leadership la mise en place d’un comité de pilotage au sein duquel  SNCF au Féminin sera le représentant et le relais de notre direction. Parmi les groupes de travail nous souhaitons proposer à nos partenaires RH la constitution de deux viviers.

Le premier, Trajectoire jeunes talents, permettrait d’identifier très en amont les talents féminins au sein de l’entreprise. Pour qu’une femme devienne un jour cadre dirigeante, elle doit être détectée et suivie dès le début de son parcours professionnel.

Le second vivier sera un vivier Hauts Potentiels. Pour accompagner les femmes vers une prise de responsabilités, il nous faut en effet lever un certain nombre de freins. Celui de la discrimination bien sûr, mais aussi celui de l’autocensure, et cela nécessite notamment de travailler sur les mécanismes de la confiance par la mise en place de processus d’accompagnement et de coaching par exemple.

Notre objectif consiste à faire que pour chaque candidature de cadre dirigeant soit proposée une candidature féminine afin d’instaurer une forme de parité entre les profils sélectionnés.

Enfin, une démarche est engagée pour qu’au retour d’un congé maternité les femmes puissent bénéficier d’une avancée qui permette reconnaissance et progression dans leur carrière.

Je crois beaucoup à l’exemplarité. C’est pourquoi, au sein de ma direction composée de huit entités, cinq d’entre elles sont dirigées par des femmes. Des femmes recrutées pour leur compétence, leur énergie, leur aptitude à faire avancer les dossiers et non parce qu’elles sont femmes.

Il y a encore beaucoup de préjugés et de stéréotypes à déjouer. Pourquoi une femme ne pourrait-elle pas occuper un poste à responsabilités ?  Une approche réellement républicaine de l’égalité devrait nous éviter d’en passer par une politique de quotas. On ne choisit pas une candidate parce qu’elle est femme. On la choisit parce qu’elle est performante et la meilleure des candidates à nos yeux. C’est ma conception et mon approche en qualité de dirigeant. On retrouve les mêmes freins pour la diversité culturelle, les préjugés sont forts et encore bien ancrés dans les inconscients.

La question de l’égalité femmes-hommes sera mesurée chaque année dans les contrats d’objectifs et de performance RSE qui seront passés entre les activités du groupe et notre direction. Grâce à ces COP-RSE nous aurons à cœur de suivre au plus près les avancées vers cette égalité républicaine à laquelle nous croyons. Le réseau SNCF au Féminin a donc du pain sur la planche ! Ces dernières années, beaucoup a été fait en termes de sensibilisation. Aujourd’hui une nouvelle dimension s’ouvre pour le réseau et qui va lui permettre de jouer un rôle de conseil et de suivi beaucoup plus fort sur des questions très concrètes qui concernent l’ensemble de la vie de l’entreprise. Nous n’avons pas le droit de traiter les questions de l’égalité femmes-hommes sur le mode de la simple intention. Il nous faut être dans l’action tangible et mesurable. L’index « Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes » qui sort chaque année compare les avancées des grandes entreprises. Le classement n’est pas satisfaisant pour notre groupe. Nous devons regarder les choses en face. Nous sommes déterminés à aller plus loin, plus vite c’est bien là l’essentiel.

 

Toutes les enquêtes tendent à montrer que la crise sanitaire que nous venons de vivre a encore renforcé les inégalités femmes-hommes. Que vous inspire ce constat ?

Le confinement a en effet exacerbé les inégalités au sein de nombreux foyers et face à l’emploi. La période dans laquelle nous sommes entrés aujourd’hui risque, elle aussi, de mettre à mal l’égalité femmes-hommes. C’est pourquoi, sur la question du télétravail notamment, nous devons être très attentifs. Faire du sur-mesure lorsque cela est possible. Le télétravail est-il souhaité ou subi ? Répond-il réellement aux aspirations de la personne qui télétravaille ? Est-il source d’épanouissement ou de contraintes ? Je crois profondément au management de la confiance, de l’écoute et du partage. Nous devons donc évoquer cette question de manière individualisée et faire du sur- mesure managérial.

Je veux aussi rappeler que durant la crise sanitaire, notre groupe a fait preuve d’un élan de solidarité exemplaire avec la nation.

C’est une membre du réseau SNCF au Féminin qui a eu la généreuse idée de donner au Samu social des stocks alimentaires prévus pour la restauration des TGV puisqu’ils ne circulaient pas pendant le confinement.

La Fondation SNCF a de son côté apporté un soutien financier à trois grandes associations nationales. L’AP-HP d’abord, parce que nous avons souhaité apporter notre aide au personnel soignant, la Fondation Abbé Pierre ensuite pour assister les personnes les plus vulnérables et la Fondation des femmes enfin pour soutenir les femmes victimes de violences conjugales, violences en nette recrudescence durant cette période de confinement. A ce titre il est important de noter l’engagement de notre filiale ICF Habitat qui s’est mobilisée pour offrir des solutions d’hébergement à des femmes en situation de précarité.

Nous avons démontré durant cette crise que nous pouvions être solidaires, notamment vis-à-vis des femmes en difficultés. Cette dynamique doit nous inciter à inscrire cette action dans la durée, selon des modalités qui restent à définir mais nous disposons des leviers pour poursuivre cet élan de solidarité exemplaire.

Je compte m’appuyer sur le réseau SNCF au Féminin et ses ambassadrices, source d’inspiration et d’innovation, pour nourrir la réflexion et être force de propositions sur le terrain de l’innovation sociétale.

Ce réseau lève des tabous, fait avancer des causes justes, apporte des réponses positives et invite tout un chacun à s’engager. Il est aujourd’hui arrivé à maturité pour faire bénéficier de son expertise l’ensemble de l’entreprise et contribuer ainsi à renforcer la fierté d’appartenance au Groupe. Nous sommes déterminés à faire avancer la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes, pour cela, je vous donne rendez- vous très vite sur le terrain de l’action et de la preuve.